Chapitres

image intro

Notre rapport actuel avec la nature

La technologie a pris une très grande place dans nos vies depuis qu’elle a fait son apparition. De ce fait, notre contact avec la nature n’est plus le même. Nous avons en effet tendance à la délaisser au profit de l’utilisation de cette technologie.

Les gens ont l’impression que ces deux éléments ne peuvent pas être associés, et d’ainsi devoir choisir entre deux vies, la technologie ou la nature.

Le problème, c’est qu'avoir un rapport avec la nature est essentiel pour nous. Alors comment combiner les deux ?

photo1

Y remédier

Pour se faire, entrons dans les designs biophiliques!
Des designs tels que les fonds d’écrans qui intègrent la nature et divers paysages sur l’ensemble de nos écrans. Et ce pour relier l’homme et la nature. La technologie va être le pont entre la nature et l’humain, qui ne font que s’éloigner un peu plus chaque jour, ou même se détruisent mutuellement.

Mais la nature n’est pas fixe, elle change constamment.
L'image que nous avons d'elle à l’heure actuelle est souvent périmée. Peut-être devrions-nous pousser le concept de “biophilie” plus loin pour y remédier ?
Pourquoi ne pas aller jusqu’à parler de ”techno-biophilie” ? Une image où la technologie et la nature ne font plus qu’un. Là il y aurait plus de nature, mais pas moins de technologie.

Malheureusement, ces concepts ne sont pas du tout développés à l’heure actuelle. Les grandes entreprises ne semblent pas vouloir être les prochains à recréer l’image que nous avons de la nature, contrairement aux petites compagnies qui prennent ce concept plus à cœur.
C’est notre but à nous aussi: reconnecter le monde moderne et sa population à la nature qui l’entoure.

image intro

Comment vivons-nous dans notre environnement ?

N’avez vous jamais remarqué que sortir se balader dans le parc, prendre l’air etc vous aidait à vous calmer, à vous ressourcer , et à vous reconcentrer ? De nombreux parcs et espaces verts sont aménagés dans les villes afin de réduire le stresse et l’anxiété des gens puisqu’en effet , l’un des nombreux effets positifs de ces espaces est le fait d’aérer votre esprit ainsi que votre cerveau afin de vous rendre plus productif et plus calme. Mais comment cela ce fait-il ?

Pour le comprendre, il faut savoir qu’il existe 2 types d’attentions :

Attention active volontaire
Le fait de se concentrer sur une tâche à exécuter.

Réflexe involontaire d’attention
Le fait d’être déconcentré par des facteurs au quotidien tels que le bruit des voitures dans la rue, votre voisin qui fait trop de bruit, votre téléphone, etc.

Notre environnement naturel est une source de concentration, bien que notre attention soit limitée. Nous filtrons les informations que nous recevons et nous n’en gardons seulement que les plus importantes. Heureusement pour nous, il existe des réseaux de tri dans notre cerveau, et ce, dans n’importe quel environnement.

Mais quels sont-ils?

image intro

Exécutive : C’est la partie du cerveau qui exécutera les tâches plus complexes que celles que nous faisons naturellement au cours de la journée .. C’est-à-dire avec des fonctions cognitives supérieures telles que la mémoire , le raisonnement , le langage etc. C’est ce réseau qui va filtrer les informations.

Spatial : c’est grâce à lui qu’on trouve les réflexions. Il nous donne la majeure partie de nos pensées qui nous rend humain : notre créativité, l’empathie, notre sensibilité. Il permet aussi à l'exécutif de se reposer.

Défaut : c’est le réseau dont l’activité est permanente dès le réveil et qui demande le moins d’efforts. Celui qui exécutera les tâches de la routine quotidienne telles que marcher, boire, manger , penser , etc.. C’est aussi celui qui amène le facteur extérieur susceptible de vous déconcentrer face à votre objectif.

À noter que les réseaux exécutif et spatial sont comme eau et huile, c’est un mélange hétérogène. Nous ne pouvons les utiliser en même temps, nous aurons donc tendance à trouver une alternative entre les deux. En ce qui concerne le réseau défaut, il a été établi que la nature agit comme une drogue de manière sélective sur celui-ci.

image intro

Concrètement, ça donne quoi ?

Un des exemples à présenter afin de montrer que la technologie et la nature peuvent être réunis , c’est l’expérience du web designer Simon Collison. Il est très impliqué dans ce problème et nous a montré que ce qui l’a aider dans cette expérience, c’est le fait d’avoir lui-même été directement connecté à la nature, via une application mobile nommée « Animal Tracker ».

Un des exemples concret dont il nous parle est Shana, un oiseau doté d’une puce électronique, dont la trajectoire, les actions, la vie, a été suivi par un tas de personnes dans le monde et ce , grâce à l’application.

Il a été possible de récolter un ensembles d’informations tels que les kilomètres parcourus de l’oiseau, sa vitesse , l’altitude ou encore son emplacement précis ainsi que l’environnement qui l’entoure. Avec toutes ces données, les scientifiques sont en mesure de créer des bases de données afin de donner des réponses aux problèmes que rencontrent les humains dans le domaine de la science animale.

L’autre aspect bénéfique de cette application est l’esprit de collectivité qu’elle crée autour d'elle. En effet, de nombreuses personnes ont été impliquées dans l’observation de la vie de Shana, provoquant parfois joies, inquiétudes ou même tristesse lorsque la mort de l’animal est survenue.

image intro

Réunir les humains avec la nature ?

Comme déjà évoquer, l’association de la nature avec la technologie numérique a permis de rassembler les communautés à l’aide d’applications ou encore en intégrant la nature dans les jeux vidéo, la réalité augmentée, etc et d’ainsi créer des communautés. Le gros avantage de ce genre d’applications a été également de faire disparaître les aprioris par rapport à la nature qui était que la nature et la technologie étaient opposées, et d’ainsi donner une nouvelle image de la nature, et ce de manière attractive et commune.

image intro

La nature et internet

Une étude intéressante d’Alexander Shara, Directrice publicitaire pour L’Harlequin à New-York, nous montre qu’il existe comme plusieurs générations d’internet:

La première ère est comme une révolution de la société grâce à internet et aux milliers de réseaux, de connexions que cela a créées à travers le monde.

La deuxième aboutit à de la nouveauté, la création d’objets animés.

La troisième montre une accentuation de l’individuation (Processus qui permet à une personnalité de se différencier.)

image intro

Cette troisième ère, dans laquelle nous serions selon elle, se mêle même avec la nature et l’espèce d’individualisation que nous donnons aux animaux en les traçant et en leur donnant une histoire comme avec Shana, mêlant écosystème et technologie, humain et nature.

Alexander nous fait part qu'internet n'est qu'une simple machine non-naturelle bien que celle-ci soit en soit une immense machine organique dans un état constant de permutation se réorganisant elle-même dans une continuité synthétique.Dans un jargon plus simplifié, cela se résumerait au fait que la nature évolue chaque jour, et ce dans un même rythme tout en se liant à tout ce qui est ajouté par l’homme.

Combiner les bienfaits de la nature et la technologie

Nous avons vu que l’association de nature et de technologie a permis de regrouper les gens et de changer leur aprioris , mais qu’en est-il des effets de bienfaisance que la nature peut avoir sur l'humain? Que ce soit pour la mobilité, l'accessibilité, les soins physiques et mentaux… Puisque oui, la nature joue un rôle de relaxation sur nos mental et physique. Ce qui explique que parfois , nous avons juste besoin “ de prendre l’air “.

Tout ceci laisse à réfléchir sur les choses à mettre en places entre la nature et la technologie pour potentiellement remédier aux problèmes que l'on peut rencontrer dans nos vies.

Mais de quelle manière et sur quels points ?

Accès pour tous:
Via des applications, nous pourrions trouver des espaces verts dans nos villes, ces espaces étant plus que nécessaire pour trouver du calme. Comme pratiquement tout le monde possède un téléphone, il serait très facile et pour tout le monde de trouver un espace vert à proximité comme on cherche un fast-food.

Education:
Les enseignants, ainsi que les designers y voyant là une bonne opportunité de travailler avec la technologie afin de mieux comprendre ce dont les enfants ont besoin en combinant la nature permettant aussi de leur donner un espace calme pour se défouler, jouer, se reposer… Concernant l’éducation, la technologie a fait ses preuves: les professeurs affirment que l’intégration d’éléments numériques dans leur programme scolaire aide à comprendre ce dont les élèves ont réellement besoin. Nouvelle méthode d’apprentissage plus efficace, plus excitante pour obtenir un meilleur investissement des élèves dans leur façon de travailler.

Soins physiques et mentaux:
C'est prouvé, les espaces verts ont un effet d'anti-stress sur l’homme. Le fait d’avoir plus de nature dans tous ce qui nous entoure, y compris dans la technologie pourrait nous aider, nous humains. Et pour ceux qui ne savent pas se déplacer : La réalité virtuelle est également une bonne alternative pour continuer à découvrir le monde de la nature.

Conservation et activisme:
L’Utilisation du numérique pour conserver notre patrimoine, tourner de simples citoyens en scientifique qui auront un rôle et pourront faire peser leurs voix. Être actif dans la société, ce qui est un point extrêmement important dans une communauté.

image intro

Mise en situation concrète

Nous ne pouvons pas échapper à la technologie numérique, elle est partout. Alors utilisons-la pour nous reconnecter à la nature que nous avons tendance à délaisser pour rester devant nos écrans. Bien que l’idée soit paradoxal, elle est pourtant essentielle. Alors comment faire pour rallier les 2 contraires ?

image intro

Réinventons les interfaces d’aujourd’hui

Intégrons directement la nature dans le design de nos smartphone, tablettes, ordinateurs dans tous les objets technologiques qui nous entourent.Une interface directement en lien avec la nature: une atmosphère apaisante, des notifications modérées, des couleurs qui correspondent à celle de la nature… Comme si nous pouvions nous plonger dans la nature via notre écran.

image intro

Se connecter entre nous avec la nature

La nature pourrait être considérée de la même manière qu’un réseau social : un application où chaque utilisateur pourrait s’exprimer, raconter des anecdotes, poster des photos etc à propos de la nature et des animaux, ce qui nous rapproche de part notre même intérêt. Cela nous encouragerait à utiliser ce genre d’applications et génèrerait de nombreuses données utiles concernant la connaissance de la nature ainsi que la science.

Ces données seront générées par les utilisateurs, mais aussi via les différentes applications ou systèmes déjà existants: appareil photo, géolocalisation, éditeur dee ou autre pour créer des articles sur une espèce par exemple. Le fait que de simples utilisateurs puissent rentrer toutes sortes de données est une avancée, cela met en avant les utilisateurs sans qu’ils aient besoin d’être de grands scientifiques. Nous observons une sorte d’équités entre les utilisateurs. Le but ultime étant que tout le monde puisse y participer, autant les gens qui s’y connaissent que ceux qui ne s’y connaissent pas, et d’ainsi créer une collectivité.

image intro

Notre bien-être avant tout

Nous avons donc l’aspect social, scientifique, relaxant, enfin bref de critères essentiels qui nous permettent donc de nous relier à la nature via la technologie et en même temps prendre soin de nous.

En plus d’être en lien direct avec la nature, l’idée d’application permettrait à l’utilisateur de se concentrer uniquement sur ce qu’il est en train de faire et/ou il se trouve. Chose que nous avons énormément de mal à faire à notre époque, en particulier avec les notifications qui nous sollicitent de partout. En bref, il s’agit de s’instruire de manière relaxante. Quelque chose de mieux à proposer ?

image intro

Applications et interfaces connectées

Connecté: ce que nous recherchons le plus à notre époque. C’est donc ce que nous propose Simon Collinson, en connectant l’interface avec les applications et leur utilisation: la connexion.

Par exemple, chaque aspect de notre vie pourrait être réparti dans espace avec des interfaces différentes et selon l’aspect en question pour être connecté et concentré à fond dans chaque domaine et non un peu dans tous les domaines, dans le but d’optimiser notre concentration.

En plus d’une interface adaptée sur le plan du graphisme, elle serait également intelligente: nous donner des informations sur notre temps et les endroits d’utilisations avec la géolocalisation donc pourrait nous dire donc ce qu’il nous faut en fonction de nos besoins.

Toujours plus connecté, mais pour notre bien-être.